Centre sportif du Lac de Neufchateau

Nous installons un volume haut pour le logement qui va chercher la vue sur le lac. On voit, et réciproquement, on est vu  depuis le bas, le lac. Un lien s’établit…

Le site est envisagé dans sa globalité (les coteaux et le lac) au niveau paysager mais aussi au niveau de son usage, loisirs sportifs et tourisme de proximité.

De ce fait il semble encore plus important de rétablir la continuité paysagère entre le haut, le coteau, et le bas, le lac, interrompue par une « mare » de bitume.

Pour garder la perception du pied de coteau, et pour regrouper le bâti,  nous proposons de positionner le centre sportif communal à construire près du parking existant et d’aménager un espace public d’articulation au pied du coteau.

La continuité de l’espace végétal est restaurée au pied du versant.

Les matières mises en œuvre pour les abords sont le schiste et le béton.

Le schiste, posé à sec comme dans beaucoup de construction locale, est utilisé en soutènement et  en parement des murs parallèles aux courbes de niveaux, murs qui s’expriment comme des soutènements.

Le béton est utilisé pour les surfaces horizontales minérales, dalles et escaliers.

Sur le versant prend place un nouvel escalier, ponctué de 2 terrasses.

Des soutènements  en schiste sont implantés depuis le volume de service jusqu’en pied de coteaux. Ils deviennent bancs, puis support d’un abri pour barbecue et borne d’orientation  dans l’espace public aménagé  en partie basse. La plasticienne Anne-Marie Klenes leur donnera leurs formes définitives.

Notre architecture n’est pas une architecture en contemplation d’un environnement naturel, comme cela pourrait être le cas au bord d’un lac en suisse par exemple. Le lac est artificiel, l’environnement est construit.

Les aménagements entre nos bâtiments et le bas, et l’intervention de la plasticienne, parle de cette artificialité, accentuent l’image mentale de la colline.

Ce projet néo-constructiviste vise notamment à la prise de conscience sociale de la construction de notre environnement en évacuant le doute sur l’essence pseudo-naturelle d’un contexte entièrement façonné par l’action de la société humaine.

Nous souhaitions cependant préserver au maximum la zone des grands arbres, ne pas détruire l’ambiance boisée actuelle.

L’architecture que nous proposons est non seulement en relation paysagère « structurante » mais elle crée aussi, un environnement, propice aux usages divers, à la fois efficaces et conviviaux.

Programme : Construction de 8 logements moyens

Situation : Bas-Oha

Maître de l’ouvrage : Meuse Controz Logement

Budget : ±700 000 € htva

Stade : adjudication