Cabinet de dentiste (Neupré)

Le projet consiste en la construction d’un nouvel espace de travail, plus confortable, plus ergonomique, qui permette au maître de l’ouvrage de regagner un peu de place dans son habitation privée. Le programme comprend deux cabinets de consultation, un laboratoire, un secrétariat, une salle d’attente, des sanitaires et un lieu de repos pour l’assistante. Par ailleurs cette architecture utilise un système de chauffage qui combine capteurs solaires, stockage par un réseau de tuyauteries sous le bâtiment et pompe à chaleur.

Pour répondre au diktat de l’administration locale qui ne souhaitait  pas voir s’édifier une architecture contemporaine en ce lieu, j’ai eu l’idée de construire un mur de clôture en pierres en lieu et place de celui qui existait, en béton préfabriqué. Ce mur génère derrière lui un bâtiment bas avec une « toiture-jardin » qui se couvrira de mousse. L’entrée se fait latéralement.

Depuis la rue, on ne perçoit que ce seul mur de clôture : plan de pierres érigé… Environ la moitié des pierres proviennent du démontage d’une petite construction, présente auparavant sur le terrain. Au travers de leur nouvel agencement, ces moellons  ordinaires racontent en quelque sorte l’histoire du lieu. Leur rugosité et leur patine contrastent avec le vitrage et l’aluminium des menuiseries affleurantes. J’ai recherché la légèreté tout en construisant en pierres brutes.

Nous avons décidé avec le maître de l’ouvrage de l’inscription d’une œuvre d’art au centre du bâtiment, comme aboutissement du parcours de découverte progressive de cette architecture depuis l’extérieur. Le photographe Pierre Houcmant a collectionné les sourires pour trouver l’émail éclatant qui s’imposait.

Or, composer et agir sur les différentes strates contextuelles semble justement un rôle enrichissant pour l’architecture contemporaine.  Ainsi, même  un programme de petite ampleur peut espérer engendrer une modification du contexte  et de son développement futur, préférant une soit-disante contradiction à une volonté acharnée de concilier l’inconciliable.

Le fragment architectural inséré là où l’on ne l’y attendait pas participe alors à une certaine forme de transfiguration du banal.

La coupe dans le porte-à-faux est pour moi la plus belle… je me souviens d’un rêve… on me demandait  quelle  était pour moi la maison idéale…et je vis dans le ciel un parallélépipède bardé de bois en suspension … Je le montrai et je dis « c’est cela » …

Programme : extension d’une habitation

Situation : Rocourt

Maître de l’ouvrage : Mr&Mme LION

Surface : 28 m² plus terrasse

Budget : 45 000,00 € htva

2004-2005